Parcours

Parier sur le CNED pour sa formation

Lorsque j’ai recherché des formations pour devenir diététicienne, je me suis rendue compte qu’il fallait un BTS pour prétendre devenir « diététicien-nutritionniste » (ce que je ne savais pas) et que pas mal d’organismes proposaient la formation à distance. L’inscription à l’examen du BTS se fait ensuite en candidat libre dans l’établissement qui le propose près de chez soi. Dans tous les organismes qui proposent cette formation, il y a probablement à boire et à  manger (hûhûhû) car j’ai lu sur de nombreux forums des personnes qui se sont faites arnaquer par des pseudos profs qui vendaient des cours ou par des organismes pas très regardants sur la qualité des cours. J’ai donc misé sur le CNED, le centre national d’études à distance, qui fait partie de l’éducation nationale, en me disant que le programme suivrait en grande partie les cours que j’aurai pu avoir en BTS dans un lycée de ma région.

Il faut savoir que pour la plupart des BTS et autres cursus du CNED, on reçoit toute la documentation par courrier dans de grands cahiers avec tous les cours dedans. Pour le BTS Diét depuis cette année, tout est en ligne, tous les PDF sont téléchargeables… Clairement je trouve ça nul, car on est obligé de tout imprimer à nos frais (parce qu’étudier sur l’écran je ne sais pas faire et je ne suis pas la seule à priori) et les tarifs n’ont pas pour autant baissé en plus. De nombreuses erreurs se sont glissées, mais j’avoue que je suis plutôt ouverte d’esprit là dessus en me disant qu’en cours avec un prof, cela pourrait aussi arriver. Par contre, d’une année sur l’autre ce n’est pas corrigé à priori, ce qui est quand même dommage, surtout pour des cours PDF.

Bref, outre ces problèmes, il est très difficile de joindre le CNED (j’ai du appelé 37 fois, j’ai compté pour les avoir à la rentrée…). Une fois passée tout cela, imprimé tous les cours et préparé des classeurs pour tout ranger, les cours ont l’air complets et très riches mais demandent aussi beaucoup de recherches à côté et de lectures complémentaires. Beaucoup de termes techniques/scientifiques arrivent comme ça dans une phrase et si je n’ai pas mon dictionnaire à côté ou Google, parfois c’est très difficile à comprendre, surtout la biochimie (purée en regardant les pages entières de virus, bactéries et compagnie je me demande dans quoi je  me suis embarquée ). Pour le reste, beaucoup de bon sens à mon avis, notamment en hygiène et économie (mais peut-être aussi parce que j’ai déjà ma société et que les mesures d’hygiène je les ai vues dans d’autres circonstances). En gros, le plus difficile pour moi sera la biochimie… une matière que je n’aimais pas au lycée, que j’ai d’ailleurs vite vite arrêtée pour faire un bac ES, du coup je pars de zéro et même si c’est passionnant pour certains chapitres (je suis d’ailleurs en train de lire un bouquin sur les bactéries qui est super, j’en reparlerai ici), d’autres sont justes impossibles à imprimer dans mon cerveau de trentenaire.

Malgré tout, cela est passionnant et on apprend beaucoup de choses qui complètent nos connaissances acquises à titre personnel. J’ai hâte de maitriser un peu plus tout cela et de faire mon premier stage (même si la restauration collective n’est pas trop ce qui m’intéresse…).

J’espère  que mon pari sur CNED sera le bon et qu’avec mes lectures complémentaires ça ira, en tout cas c’est un sacré challenge de reprendre ses études !

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply